Peu m’importe

Peu m’importe à présent
Ce qui remue les foules,
Comme la chance tourne,
Les souillures du temps,

Je me suis dépouillé
De mes rêves sublimes ;
Je suis libre et léger…

Quand je croise un amant
Qui s’épuise en soupirs,
Je me ris en dedans
De ceux que j’ai poussés…

Une réflexion sur « Peu m’importe »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *