Les déceptions

Les déceptions, l’ennui retors,
Mornes fantômes de la joie ;
De grands soucis, nul réconfort,
Mais de la peine, où que je sois…

La peine sourde et sans issue
Des nuits plus sombres qu’un tombeau :
Voilà le don que je reçus
Des fées penchées sur mon berceau…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *