Jamais l’habit

Jamais l’habit n’a fait le moine,
Et tel visage si souriant
Ne ressent pas ce qu’il témoigne !

Qui prend congé d’un pas prudent
N’est dans sa vie qu’une ombre sage…

Mais qui l’écrit en s’indignant
Dénude alors son désarroi ;
On connaît l’âme à son ouvrage…

Une réflexion sur « Jamais l’habit »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *