En ce premier matin

En ce premier matin de mai,
J’entrai le cœur en bandoulière
Dans le jardin de mes pensées…

Dieu ! La nature tout entière
Était gagnée par la poussière !
Les fleurs, les arbres ravagés…

Grêle ou gelées ? Foudre ? Tempête ?
Quel grand malheur a pu causer
Ce paysage désolé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *