Comme un franc

Comme un franc qui n’a plus cours,
Ma jeunesse m’abandonne ;
Sur les registres d’amour,
Je suis en bas de colonne…

Je me retranche en mon âme
Et remue le temps passé ;
Le présent me laisse froid,
Rien ne m’est plus destiné…

Une réflexion sur « Comme un franc »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *