Cessez, mes yeux

Cessez, mes yeux, vos airs gourmands
Pour des beautés qui vous séduisent,
Car je préfère aux passions vives
Les eaux bercées de reflets d’ambre…

En quelque endroit que je me trouve,
Les joies du monde ont moins d’attrait
Que la douceur de vivre en paix ;
Je me blottis dans mes vieux jours…

1 pensée sur “Cessez, mes yeux”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *